Afrique Auteurs Droit - Justice Kader S. LE - Longs Formats Non classés Politique Société Tous

PETITES HISTOIRES DE FLOYD, TAYLOR ET ARBERY: PRAY FOR THE (DIS)UNITED STATES OF AMERICA

Par Kader S.

« […] La race n’est pas de la biologie ;

La race est de la sociologie.

La race n’est pas un génotype ;

La race est un phénotype.

La race compte à cause du racisme.

Et le racisme est absurde

Parce qu’il concerne uniquement l’apparence.

Pas le sang qui coule dans vos veines. ».

Chimamanda NGOZI ADICHIE

Romancière.

——-

« Le raciste est celui qui pense

Que tout ce qui est trop différent

De lui le menace dans sa tranquillité ».

Tahar BEN JELLOUN

Poète Franco-Marocain

Temps de lecture – 8 minutes

(+964 secondes, soit le temps qu’il faut pour parcourir 2,23 miles en joggant, rappelant la date du décès de Ahmaud ARBERY)

(+ 9 secondes, soit le laps de temps qu’il a fallu pour tuer Breonna TAYLOR)

(+699 secondes soit la durée du supplice enduré par Georges FLOYD)

[Mise à jour]

> 02 Juin 2020.

– La famille FLOYD a engagé une procédure de contre-expertise auprès de deux autres médecins-légistes, lesquels ont été chargés de pratiquer une seconde autopsie sur le corps de George FLOYD. Celle-ci prend à revers les premières conclusions du légiste du comté de Hennepin (où est mort George FLOYD) que vous trouverez dans cet article. D’après ces nouvelles conclusions telles qu’interprétées par le Dr.Michael BADEN, le légiste officiel en charge de l’affaire et qui a pu examiner le corps, « George Floyd est mort par homicide. […] [Sa] mort a résulté d’une asphyxie par pression prolongée. [Cette pression prolongée] sur son cou a coupé le flot sanguin allant vers son cerveau et la pression sur son dos a entravé sa capacité à gonfler ses poumons. […] Les preuves soutiennent l’asphyxie comme cause du décès et l’homicide comme circonstance de la mort […] »-

Propos du Dr. BADEN (dont vous pouvez retrouver la conférence de presse (Anglais) en intégralité ici)

> 03 Juin 2020

– Les faits incriminant les policiers impliqués dans l’interpellation ayant conduit au décès de George FLOYD ont été requalifiés pénalement. Désormais Derek CHAUVIN est poursuivi pour « homicide volontaire » (1er degré, mais sans la préméditation) et ses 3 collègues qui n’étaient pas poursuivis jusque-là, ont été également placés en détention provisoire et sont poursuivis pour « complicité » et « non-assistance à personne en péril« .

> 04 Juin 2020

– Une information complémentaire du bureau du médecin légiste précise qu’au moment de sa mort, George FLOYD « était positif au COVID-19 . [Mais] le résultat de l’autopsie reflète très probablement une positivité asymptomatique mais persistante due à une infection antérieure ».

Vous pouvez consulter l’intégralité du rapport d’autopsie de George FLOYD (Anglais)

Ahmaud ARBERY – Breonna TAYLOR – George FLOYD

Trois personnes qui ne se connaissaient pas. Trois personnes qui n’ont absolument rien à voir.

Une histoire différente, une vie différente, des aspirations différentes et un avenir… qui était certainement différent jusqu’à ce qu’il soit rendu similaire et abrégé par des gens qu’il est difficile de nommer sans être irrespectueux envers l’Humanité.

Même si FLOYD, TAYLOR et ARBERY sont trois êtres que tout sépare, ils ont quand même quelques points communs. Et il n’y a pas besoin de chercher très loin : ils sont NOIRS DE PEAU… et ils sont morts pour cela.

Je pourrais m’arrêter là. Mais dans cet écrit, je souhaite rendre hommage à la vie de ces gens, à défaut de ne pouvoir le faire à la litanie de Noms d’autres gens qui comme eux ont eu le malheur de « se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment ». Car OUI, quand on a cette couleur de peau (que soit dit en passant, on ne choisit pas), il faut faire gaffe jusqu’à son avenir, qu’on ne peut pourtant par nature pas contrôler.

Savez-vous où vous serez demain ? La semaine prochaine ? Dans un mois ?

FLOYD, TAYLOR et ARBERY ne le savaient pas non plus. En tout cas on peut imaginer qu’ils avaient espérés faire des choses et passer des moments avec leurs familles, leurs proches, leurs collègues, etc.

Comme d’autres avant-eux, ils ont été privés de tout cela. Pour absolument RIEN DU TOUT. RIEN-DU-TOUT !

1- QUI ÉTAIT AHMAUD ARBERY ?

Un jeune homme de 26 ans, ancien footballeur (football américain). Il est décrit comme un gars qui était très drôle et ce depuis l’enfance. C’est son ami d’enfance, Akeem BAKER qui en parle le mieux : « C’était comme un frère. Une personne en qui j’avais véritablement confiance. Le simple fait de le regarder me donnait de l’énergie. Il m’a toujours soutenu, même quand j’ai failli abandonner. Recevoir un message de sa sœur, m’annonçant la mort de Maud a été le moment le plus difficile de ma vie »[1].

Ahmaud – ou Maud comme on le surnommait – a grandi a Brunswick et avec son « frère » Akeem, ils ont fréquenté la Integrated High School de la ville.

Akeem dit encore : « […] On était conscients des menaces auxquelles nous étions exposés en tant que personne de couleur noire. Mais nous avions le sentiment d’être chez nous. Nous avions des copains de classes blancs et noirs et nous nous entendions parfaitement. Nous sommes en paix avec nos voisins qu’ils soient blancs ou noirs. On ne vivait pas dans la peur. On n’était pas du genre à se dire qu’on ne pouvait pas aller voir une personne blanche parce qu’elle nous détestait forcément ou qu’elle avait nécessairement une mauvaise intention […] »[2].

Akeem et Maud ont grandi cependant dans un quartier majoritairement habité par des populations afro-américaines. Akeem raconte encore comment son amitié, ou plutôt sa fraternité, avec Maud a commencé : « […] Je voulais à tout prix être son ami, car je le trouvais sympathique. Il avait toujours une petite fringale. Alors j’apportais des biscuits et des barres de Snickers. Ça a fonctionné ! Dans le bus qui nous emmenait à l’école, il faisait le pitre. Mais il avait un talent d’imitateur. Il me faisait rire […] ».

Sur le terrain de football (américain) aussi, Ahmaud avait un réel talent. Akeem – qui le comparait volontiers à un Reggie Bush – a également travaillé dur et ensemble ils sont devenus des piliers de l’équipe du lycée.

Mais Akeem rêvait d’une carrière dans la médecine, quand Ahmaud espérait intégrer un jour la grande National Football League.

Akeem dévoile encore des souvenirs : « […] Lorsque j’ai eu mon permis de conduire, on se faisait des virées dans ma petite berline. Je suis fan de Kendrick Lamar et j’essayais de rapper comme lui. Et Maud répondait à mes rimes. C’était de beaux moments. Je me rappelle encore qu’après le lycée, j’ai intégré une école préparatoire. Mais lui pensait rester quelques temps chez lui. Il s’était dégoté un emploi chez McDonald’s. Il n’était pas aigri de ma situation. Au contraire, il m’encourageait. Je me rappelle encore de sa phrase : « On se revoit au sommet ». Grâce à sa présence, j’ai eu mon diplôme de Chimie en 2016 et je suis rentré à l’université à Boston. Mais là-bas j’ai déprimé et j’ai commencé à douter de ma capacité à y arriver. Je suis donc revenu à Brunswick. J’ai trouvé du travail dans une entreprise locale. ».

Entre-temps Maud avait trouvé du travail en tant que paysagiste et bossait avec son père. Il se débattait mais il avait commis une erreur et avait été reconnu coupable de vol à l’étalage.

Les deux amis ne se voyaient plus beaucoup, mais leur fraternité était réelle; ils gardaient le contact.

La dernière fois qu’ils s’étaient parlés, c’était pour se transmettre rapidement des nouvelles.

Ahmaud « Maud » ARBERY, a été abattu le Dimanche 23 Février 2020 alors qu’il traversait, en faisant un jogging, un quartier de la banlieue de Brunswick, ville situé dans le Maine, dans le coin Nord-Est des Etats-Unis.

A la date qui auraient marqué son 26ème anniversaire, de nombreuses personnes dans tous les Etats-Unis ont parcouru en hommage la distance de 2,23 miles. Un nombre qui rappelle la date de sa mort.

Les deux hommes – Gregory MCMICHAEL et (son fils) Travis MCMICHAEL –  suspectés d’avoir commis ce crime n’ont pas tout de suite été inquiétés par la justice. Les relations du père, ancien policier, lui ont permis d’esquiver une information judiciaire pendant quelques temps.

En effet, deux procureurs – Jackie JOHNSON (à Brunswick) et George E. BARNHILL (à Waycross – GÉORGIE) – se sont récusés du fait de leurs liens étroits avec la famille MCMICHAEL. Le second procureur, BARNHILL, avant de se récuser a, dans une lettre adressée au département de Police du Comté de Glynn en Géorgie, donné sa vision des faits. Il estime « […] qu’il n’y avait pas de cause probable suffisante pour arrêter les poursuivants de M. ARBERY […]. Les MCMICHAEL portaient légalement leurs armes à feu en vertu de la loi géorgienne sur le transport ouvert. […] Un particulier peut arrêter un délinquant si l’infraction est commise en sa présence ou à sa connaissance immédiate […] ». (Pour l’entièreté de la lettre (anglais), voir ici).

Tous ces éléments ont été de nature à retarder l’action publique. Par ailleurs aux Etats-Unis où les bavures policières envers les populations afro-américaines sont devenues ordinaires, la tragédie de l’affaire ARBERY, sonnait comme « un cas de plus ».

Gregory MCMICHAEL (à gauche) et son fils, Travis

C’est l’avocat de la famille ARBERY qui dévoilera sur les réseaux sociaux une vidéo dont la teneur particulièrement glaçante, suscitera une indignation au niveau national. Donald TRUMP, président des Etats-Unis d’Amérique commentera d’ailleurs que « ces images sont très gênantes ».

Devant l’ampleur de la situation et la pression populaire, de la condamnation unanime des personnalités politiques, sportives ainsi que l’exigence de plus en plus forte de justice, les MCMICHAEL – Travis et Gregory – seront arrêtés et placés en détention provisoire par la Police.

Ils sont poursuivis aujourd’hui pour voies de fait graves et meurtre sur la personne de Ahmaud ARBERY.

Ils contestent formellement les faits tels qu’ils sont présentés et la vidéo qui cristallise toute l’attention et l’émotion de la société sur cette histoire. Ils estiment qu’Ahmaud correspondait au signalement d’un cambrioleur qui avait sévit quelques temps plutôt dans le quartier. Ils l’auraient, selon leur propos, pourchassé et arrêté juste pour discuter afin de tirer au clair la situation. C’est Ahmaud qui, selon eux, aurait attaqué le fils, Travis MCMICHAEL, en premier et que ce dernier se serait juste défendu. (Pour consulter le rapport public préliminaire de la Police (Anglais), c’est par ici)

Le grand jury du Comté de Glynn – l’équivalent de la Cour d’assise – tranchera cette affaire[3] dans les semaines ou les mois qui viennent.

2- HUIT BALLES POUR BREONNA TAYLOR. SON CRIME ? DORMIR CHEZ ELLE.

Quelques mois après la tragédie de Glynn County, on a apprenait – encore une fois et certainement pas la dernière – la bavure policière ayant coûté la vie à une ambulancière afro-américaine – encore une fois et certainement pas la dernière – à l’issue d’une perquisition erronée. Breonna TAYLOR, âgée de 26 ans – comme un certain Ahmaud ARBERY – a vu, le 13 Mars 2020, sa porte enfoncée sans la moindre sommation par des agents de police venus opérer une perquisition. Sauf que la situation dégénère. Le compagnon de Breonna – Kenneth WALKER – présent à ce moment-là et détenteur d’une arme avec permis, ouvre le feu. Les policiers ripostent en tirant au moins 20 coups de feu.

Breonna TAYLOR reçoit huit (8) balles. Elle n’a aucune chance. Elle meurt sur le coup dans cette nuit du 13 Mars 2020, chez elle, abattue par des policiers.

Le compagnon, lui a été arrêté pour tentative de meurtre sur agents de police dans l’exercice de leurs fonctions.

Le plus chagrinant – et c’est un euphémisme – dans tout cela, c’est que les policiers ont commis deux grosses erreurs. Premièrement, ils se sont trompés d’adresse : la personne qu’ils recherchaient ne vivait plus là depuis longtemps ; et pour cause, elle était déjà placée en détention !

Deuxièmement, ils ne se sont pas identifiés, vous savez… le fameux « Boum ! Boum ! Boum ! OUVREZ C’EST LA POLICE »[4]. Alors forcément, quand vous entrez de cette façon et nuitamment chez des gens, même si vous êtes policiers, vous êtes traités comme des intrus dangereux. A plus forte raison, si vous ne vous identifiez pas.

La famille TAYLOR a décidé de poursuivre le service de Police de LOUISVILLE, ville où habitait la malheureuse.

Les procureurs du Kentucky ont annoncé vouloir abandonner les charges contre Kenneth WALKER. Le FBI a ouvert une enquête sur les circonstances de la mort de Breonna TAYLOR. Mais les agents de police impliqués, n’ont à ce jour subi aucune sanction et poursuivent leurs fonctions.

Des manifestations ont eu lieu le 28 Mai dernier à LOUISVILLE pour protester contre cette iniquité.

Cette pauvre ambulancière de 26 ans qui faisait partie de ces héros du quotidien a disparu, et personne ne sait si justice sera faite un jour.

Hélas, elle ne sera peut-être pas la seule dans ce cas. Car si aujourd’hui nous parlons de ces gens à qui nous voulons rendre un hommage, c’est bien parce qu’après elle, un autre a succombé à son tour, victime d’une énième bavure policière.

Son nom ? GEORGES FLOYD.

3- « JE NE PEUX PLUS RESPIRER… » : UNE PHRASE ETOUFFANTE… 

C’est probablement la phrase la plus prononcée des réseaux sociaux ces derniers jours : « I can’t breathe » > Traduction = « Je ne peux plus respirer ». C’était pourtant l’une des dernières prononcées par Georges FLOYD, plaqué au sol, le genou d’un policier sur le cou. Ses « crimes » ? Avoir été en état d’ébriété sur la voie publique et avoir tenté d’écouler un faux billet de… 20 dollars.

Georges FLOYD était père de deux filles. Il est né 46 ans plutôt en Caroline du Nord. Il avait fait du rap dans sa jeunesse, et participé à plusieurs morceaux freestyles ainsi qu’à un album sorti en 2000. En 2009, à la suite d’un cambriolage à main armée, il reçoit une sentence de cinq (5) années d’incarcération. Il purge sa peine et sort en 2014. Il quitte le Texas pour Minneapolis et tente de reconstruire sa vie. Son ami d’enfance Stephen JACKSON, ancienne gloire de la NBA, s’épanche dans une vidéo où il raconte le chemin de rédemption que son « twin brother » avait emprunté depuis quelques temps : « Il était en train de changer sa vie », pleure-t-il.

En effet, il avait d’abord trouvé un emploi comme camionneur dans le Minnesota. Puis le voilà agent de sécurité au sein du Conga Latin Bistro, situé dans un quartier de Minneapolis. La pandémie du Covid-19 lui fera perdre son boulot.

Philonese FLOYD, son frère, témoigne : « Tout le monde aimait mon frère. […] C’[était] un doux géant. […] Il ne [faisait] jamais de mal à personne ».

Une habituée du Conga Latin Bistro, Luz Maria GONZALEZ, témoigne de sa bienveillance : « […] En fin de soirée, il disait : « Hé Luz, je vais attendre avec toi jusqu’à ce que tu montes dans le taxi. » ».

Georges FLOYD, était un homme comme vous, comme moi, comme votre père, votre oncle, votre frère. Il était pour ses proches, pour sa famille, pour ses amis… Il était pour ceux-là, ce que Ahmaud ARBERY et Breonna TAYLOR étaient pour les leurs. Des gens qui avaient leurs vies, leurs erreurs, leurs passés, leurs histoires… Mais des gens qui aspiraient à vivre libres, rêvant d’avenir, de rédemption ou de projets de famille.

C’est en tout cas, on peut l’imaginer, ce que FLOYD recherchait. C’est ce qu’il a été empêché de trouver ce 25 Mai 2020, jour où moi-même je « fêtais » mon énième tour autour du Soleil. Je réalisais alors… Bref!

J’ai regardé la vidéo de cet homme, plaqué au sol, torse nu, sans plus aucune dignité.

Cet homme dont le souffle se raréfiait sous la pression du genou d’un « policier » pendant 8 minutes et 46 secondes… Soit 526 secondes ! Je vous demande de vous arrêter, de regarder votre horloge et de compter 8 minutes et 46 secondes avant de reprendre la lecture.

526 SECONDES !

C’est bon ? Vous l’avez fait ? Si vous l’avez fait, dites-vous que c’est exactement ce temps qu’a duré le supplice de Georges FLOYD. Cet homme en train de mourir, a pourtant appelé son semblable à l’aide : « I can’t breathe… I can’t breathe… », « Je ne peux plus respirer… Je ne peux plus respirer… ».

Et Derek CHAUVIN – de son nom – ce policier qui maintenait la pression avec son genou sur le cou de Georges FLOYD, n’a pas eu la moindre empathie. A l’ère du tout digital, la scène est filmée sous plusieurs angles par des passants, qui demandent au policier de relâcher sa prise. Derek CHAUVIN, mains dans les poches, genou sur le cou d’un FLOYD qui s’accroche désespérément à la vie, exige de sa victime qu’elle se calme. Comment pourrait-elle être plus calme qu’elle ne l’était alors même que le souffle de son existence s’échappait… ? Une question, que ce policier ne s’est pas posée.

FLOYD ne bouge plus… Pourtant CHAUVIN maintient sa prise jusqu’à l’arrivée des secours, 2 minutes et 53 secondes plus tard, soit 173 secondes supplémentaires. Je vous laisse à nouveau vous tourner vers votre horloge.

173 SECONDES !

Derek CHAUVIN ne le savait peut-être pas. Mais il venait d’annihiler la quasi-totalité des chances de survie de Georges FLOYD. Les secours tentent de trouver le pouls de FLOYD et essaient de le réanimer. Hélas, c’est probablement une coquille vide qui arrivera au Hennepin County Medical Center de Minneapolis[5].

Georges FLOYD est déclaré mort, le 25 Mai 2020 à la suite d’une interpellation policière.

Sa sœur témoigne : « […] [la mort de mon frère ainsi, aux mains de la police] est à briser le cœur. […] C’est exactement ce qu’ils ont fait. Ils ont tué mon frère. Il criait à l’aide ».

Sa petite-amie parle à son tour : « […] Il n’était rien de moins qu’un ange envoyé sur terre. […] Et nous l’avons diabolisé, et nous l’avons tué. ».

La mère de sa fille regrette aussi cette tragédie : « […] [C’était] un père dévoué. […] Parce qu’il était si grand, les gens pensaient qu’il cherchait la bagarre. […] Mais c’était une personne aimante, et il aimait sa fille. ».

Stephen JACKSON son ami d’enfance dénonce : « […] Mon gars faisait tout ce qu’il fallait, et ils me l’ont tué. ».

La vidéo de ce drame a fait le tour du monde en quelques heures. Et l’émotion, de même que l’indignation, n’est pas seulement américaine. Elle est mondiale. En Afrique, en Europe, en Asie, elle touche particulièrement les populations locales ou les diasporas africaines, qui se sentent particulièrement solidaires de ce genre de tragédies aux Etats-Unis où le racisme policier prend des tournants de plus en plus systémiques.

Et la police de Minneapolis, que dit-elle de son côté ?

Derek CHAUVIN, Tou THAO, Thomas LANE et Alexander KUENG… Des noms que les proches de CHAUVIN et ses descendants n’oublieront jamais.

Leur version à eux, était qu’ils avaient été contactés pour un cas d’ivresse sur la voie publique. A leur arrivée, FLOYD était bel et bien ivre et résistait à son arrestation. Il serait tombé volontairement au sol après avoir dit qu’il n’arrivait pas à respirer alors même qu’il était encore debout. Il était déjà agonisant quand il a été menotté. Les policiers affirment avoir essayé de prendre son pouls à deux reprises sans succès avant de se résoudre à contacter les services de secours. Georges FLOYD est mort à l’hôpital selon eux.

C’est ce que soutenaient dont les sieurs CHAUVIN, THAO, LANE et KUENG, avant que ne soit publiée l’implacable et insoutenable vidéo, laquelle cisaille littéralement ce mensonge éhonté.

La vidéo ci-dessous – du Washington Post – retrace les derniers moments de la vie de George FLOYD.

Attention, les images peuvent-être choquantes! La lecture automatique de la vidéo est désactivée.

Ils seront limogés le lendemain, puis poursuivis pour homicide involontaire coupable au deuxième degré et meurtre au troisième degré. De quoi s’agit-il ?

L’homicide involontaire coupable au 2ème degré dans le droit anglo-saxon (ou Common Law), est un « […] un homicide commis par une personne qui n’avait pas l’intention spécifique de causer la mort ou de poser l’acte qui l’a entraînée, On considère qu’elle a agi sous le coup d’une impulsion soudaine ou par suite d’une imprudence ou d’une négligence »[6]. Quand on analyse comment l’agent CHAUVIN appuie son genou sur le cou de George FLOYD pendant un total de 699 secondes, on est raisonnablement en droit de douter de sa non-intention spécifique de poser l’acte qui a entraîné le décès de la victime.

Le meurtre au 3ème degré dénote, selon le droit du Minnesota : « […] [d’une infraction comparable] à un homicide involontaire, mais témoignant d’un esprit lâche, sans égard pour la vie humaine ».

Cette qualification pénale ne retient pas non plus l’intention délibérée et ouverte de tuer, ce que réclame la famille, et les associations qui militent pour les droits des afro-américains. Mais compte-tenu des circonstances de la mort de FLOYD, je trouve, personnellement, que l’expression « esprit lâche, sans égard pour la vie humaine » est parfaitement assortie avec le comportement de l’agent CHAUVIN.

L’action publique est assurée au niveau local par le Minnesota Bureau of Criminal Apprehension et au niveau fédéral (national) par le FBI. Sur demande de Donald TRUMP, le patron du Bureau et le procureur général des Etats-Unis en font une priorité[7].

Maitre Benjamin CRUMP, avocat des familles de Ahmaud ARBERY et Breonna TAYLOR[8], représente aussi la famille FLOYD dans cette affaire. Il est réputé pour les situations relatives aux bavures policières.

Les circonstances de la mort de Georges FLOYD, ne sont pas sans rappeler celles d’Eric Garner à la suite d’une interpellation policière. Le NYPD – Police de New York – et le LAPD – Police de Los Angeles – avaient interdit dès lors le plaquage ventral au sol comme technique d’interpellation.

Dans le Minnesota, si cette technique n’était pas spécifiquement interdite, il est avoué par la Police de Minneapolis que les policiers sont régulièrement sensibilisés sur sa dangerosité et sont invités à ne l’utiliser que dans des cas extrêmes. C’est pourtant cette technique peu recommandée que l’agent CHAUVIN a utilisé pour maîtriser un George FLOYD qui ne résistait même pas à son interpellation.

Pourtant l’autopsie (la première, la seule ?) du corps de George FLOYD tend à « décharger » – et ce terme doit être soupesé – Monsieur CHAUVIN de ses responsabilités dans la tragédie. En effet, le rapport initial du médecin légiste contenu dans le rapport de plainte contre Derek CHAUVIN indique que : « […] [Georges FLOYD] n’est pas mort de strangulation ou asphyxie, mais du fait de sa contention au sol, combinée avec ses problèmes de santé et une intoxication potentielle. Floyd était atteint d’une maladie coronarienne et d’une maladie cardiovasculaire. Les premières conclusions indiquent qu’aucune constatation physique ne permet d’étayer un diagnostic d’asphyxie ou d’étranglement traumatique »[9]. Voilà pour le premier rapport du légiste. A ce jour, personne ne sait si une contre-expertise ou une expertise approfondie est prévue.

Mais comme je l’ai dit, le terme « décharger » doit être soupesé, car il ne s’agit pas pour CHAUVIN d’échapper à ses responsabilités. D’autant plus qu’en 20 ans de carrière dans la police, il est l’objet d’une litanies d’affaires relevant « son comportement inapproprié », « son ton jugé arrogant, désobligeant et irrespectueux », « son utilisation excessive de son arme », etc. Au total, il a été concerné par 18 plaintes auprès de l’Office for Police Conduct; un peu l’équivalent de l’IGPN (en France) ou de la DGPN (en Côte d’Ivoire)[10]. Il n’a reçu que… deux lettres de réprimandes.

On parle de CHAUVIN, car il est le symbole visuel de cette tragédie. Mais il n’était pas seul. On peut également rappeler le nom de Tou THAO, policier depuis 11 ans. Il a été poursuivi à plusieurs reprises pour usage excessif de la force. Il a même évité un procès en 2017 par un règlement à l’amiable. Voici donc le profil d’agents que l’on recrute – ou que l’on laisse faire carrière – en pleine connaissance de cause, au sein de la Police. « Pursue, Serve and Protect« , qu’ils disaient…

Thomas LANE et Alexander KUENG, portaient des caméras piétons lors de l’interpellation[11]. La police de Minneapolis n’a pas dévoilé les images. Mais elles seront requises pour le procès à venir.

La mort de FLOYD a énormément indigné aux Etats-Unis. Des personnalités, dont l’ancien Président Barack OBAMA et l’actuel président Donald TRUMP ont condamné cet incident. Des hommes politiques, des stars du sport ou de la télévision ont pris la parole pour dénoncer une situation qui devient trop rébarbative avec à chaque fois les mêmes protagonistes: des policiers blancs et des « suspects » noirs; et à chaque fois, la même issue.

Derek CHAUVIN a été placé en détention provisoire dans l’attente de son procès.

Cela n’a pourtant pas suffi à calmer les ardeurs, et Minneapolis s’est embrasée dans une émeute urbaine généralisée pendant plusieurs jours. Les émeutiers s’en prenant au mobilier urbain et aux commissariats de police – l’un d’entre eux ayant été saccagé et incendié – pour protester contre le racisme systémique et policier aux Etats-Unis.

Plusieurs autres grandes villes ont connu des manifestations, mais à Minneapolis, l’ampleur de la situation a forcé le Gouverneur de l’Etat à déclencher l’intervention de la Garde Nationale, une situation inédite depuis plusieurs décennies.

ARBERY, TAYLOR, FLOYD…

Ils ne sont pas les premiers. Ils ne seront probablement pas les derniers.

Dans cet article, j’ai voulu parler de leurs vies. Je n’ai pas pu m’empêcher de parler de leurs morts. Parce que leurs morts fait aussi partie de notre vie. Nous sommes en droit de nous inquiéter VIVEMENT sur l’avenir.

Allons-nous réussir à faire la paix et laisser les intérêts communs gouverner notre quête de bonheur sur cette planète ? Ou alors y a-t-il des gens dont l’ignorance – qui le dispute à la pitié qu’ils inspirent – sera encore et toujours la source d’une peur infondée et de cette violence aveugle ?

Les noirs, les blancs… Nous sommes humains ! C’est cliché de le dire, je le sais. Mais il faut souvent rappeler les clichés car ils ne sont pas tous négatifs.

Les Etats-Unis ont rendez-vous avec l’histoire. Ce pays va devoir décider du chemin qu’il veut suivre : pour continuer de se construire avec cette diversité dont on dit qu’elle fait sa force; ou pour commencer à se détruire inexorablement et laisser pour le futur les traces d’éternels regrets et d’un passé finalement pas si glorieux que cela.

Mais nous aussi, qui avons nos yeux pour voir, nos oreilles pour entendre et nos esprits pour comprendre, avons rendez-vous avec l’histoire.

Chers frères et sœurs africains… européens… asiatiques… de partout…

REGARDEZ LES ETATS-UNIS… C’EST EXACTEMENT CE QU’IL NE FAUT PAS/PLUS FAIRE ! Prions pour qu’ils réussissent ce pari, mais prions aussi pour ne pas tomber dans ce piège (ou en tout cas en sortir) : celui de la haine que des hommes et femmes se vouent sans raison. Alors qu’ils pourraient, à raison, vivre dans l’Amour et la tolérance mutuelle des différences culturelles.

Je vous laisse sur cette réflexion de Gregg POPOVICH, figure mythique des San Antonio SPURS, qui parle des discriminations (Vidéo de BRUT, via ESPN). Aujourd’hui, encore plus qu’hier et probablement encore moins que demain, ces mots doivent nous conduire, noirs et blancs, vers un but commun: l’égalité des droits et des chances!

PRAY FOR THE (DIS)UNITED STATES OF AMERICA !  

RETROUVEZ TOUS NOS AUTRES ARTICLES !

CLIQUEZ ICI

[1] Voir > https://www.nytimes.com/2020/05/10/us/ahmaud-arbery-georgia.html

[2] Idem.

[3] Si vous souhaitez-en savoir plus sur la procédure, visitez le site internet du New-York Times sur ce lien.

[4] Des voisins de la victime confirment cette version. P.a.p.l. > https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202005/30/01-5275684-un-autre-nom-a-retenir-breonna-taylor.php

[5] Pour une version plus détaillée des témoignages, voir ici > https://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_de_George_Floyd#T%C3%A9moignages_vid%C3%A9os

[6] Hubert REID, Dictionnaire de droit québécois et canadien, 5e édition, Montréal, Éditions Wilson & Lafleur, 2015

[7] Voir > https://www.washingtontimes.com/news/2020/may/29/justice-department-says-george-floyd-death-investi/

[8] Mais aussi des familles de Trayvon MARTIN (> https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Trayvon_Martin ) et de Michael BROWN (> https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown).

[9] Voir > https://www.washingtontimes.com/news/2020/may/29/george-floyd-died-police-restraint-combined-health/

[10] IGPN – Inspection Générale de la Police Nationale. DGPN – Direction Générale de la Police Nationale.

[11] Voir > https://www.washingtonpost.com/nation/2020/05/27/george-floyd-minneapolis-reaction/


Crédits Images – Par ordre d’apparition

1- Liberum Expressio.net

2- New York Times > Voir ici

3- Glynn County (Ga.) Detention Center, via Associated Press, via New York Times

4- Mother Jones

6- Al Jazeera

7- Artisans.com, via Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :